Revue du livre “The Big Short” de Michael Lewis

Ne sachant pas exactement le thème de ce blog, j’ai décidé de me lancer dans la revue des livres que je lis. Je me dis que c’est toujours mieux que de ne rien écrire du tout. Et qui plus est, cela peut intéresser quelques personnes.

91bdye+2WvL

Le livre dont je vais vous parler aujourd’hui est “The Big Short”. Ce titre ne vous est peut-être pas inconnu puisque c’est le nom que porte le film tiré de ce livre publié en 2010. Si vous n’avez jamais entendu du film non plus, cet article pourrait vous intéresser. Afin d’être clair dès le début, sachez que le thème est celui de la crise financière de 2008. Si ça ne vous intéresse absolument pas, c’est maintenant qu’il faut quitter cet article ;)

blur-business-chart-69760Source

Tout d’abord, je voudrais dire que je n’ai pas vu le film. Cela peut sembler bizarre mais le film était sur ma “watching list” depuis pas mal de temps (c’est d’ailleurs un professeur qui l’a recommandé), mais ce n’est que récemment que j’ai découvert qu’il est tiré d’un livre. J’ai donc décidé de le lire avant de voir le film, chose que je ferai dans les prochains jours.

Dans cette revue, je ne vais pas résumé le livre. Je ne trouve pas ça utile et ça serait également assez compliqué puisque le livre est assez technique. Je vais plutôt vous raconter pourquoi j’ai apprécié (ou pas) ce livre et pourquoi vous devriez peut-être le lire.

Vous le savez maintenant, ce livre retrace l’histoire de la crise financière de 2008. Néanmoins, c’est la première fois que je lis quelque chose sur le sujet d’aussi complet. Il ne se contente en effet pas de parler des quelques années qui ont précédées la crise mais il couvre une période plus large (il parle à certains moments des années 80 pour vraiment nous donner le contexte).

Mais si ce livre est très complet, cela peut être une bonne et une mauvaise chose. C’est bien parce que, si vous êtes passionnés par ce thème, vous allez sans doute apprendre pas mal de chose. C’est moins bien parce que le livre est assez technique et il est assez facile de s’y perdre. Je suis d’ailleurs bien content d’avoir suivi des cours de finance, sans cela, je n’aurai sans doute pas compris tous les termes utilisés. L’auteur est en fait un expert dans le domaine et ça se ressent à chaque page. Il parle de choses qu’il connait et qui ne sont pas à portée de tous. Je ne recommande donc pas ce livre à ceux qui veulent juste savoir comment la crise s’est déroulée. Ce livre est trop technique et certaines parties (qui peuvent être nombreuses), nous vous intéresseront probablement pas.

Un autre reproche que je fais au livre est sa longueur. Etant donné qu’il est compliqué et long, ce n’est pas un bouquin que l’on lit en une traite (en tout cas pas moi). De ce fait, il est parfois compliqué de se retrouver dans les différentes histoires présentes dans le livre. En effet, l’auteur relate différentes histoire avec de nombreux personnages à chaque fois. De plus, ces histoires se passent au même moment mais n’ont pas de réel lien entre elles (si ce n’est la crise). Il est donc parfois difficile de voir un fil conducteur tout au long du livre.

Néanmoins, je ne dis pas que ce livre est mauvais, bien au contraire. J’ai vraiment apprécié de le lire et j’ai d’ailleurs dévoré la fin sans voir le temps passer. Même si je connaissais les évènements majeurs de la crise, j’ai appris avec ce livre les réelles causes de celle-ci. La fin du livre est particulièrement intéressante (et pas technique du tout) lorsque l’auteur parle des dérives de la finance actuelle. J’ai d’ailleurs gardé une phrase que je vous remets ici :

What are the odds that people will make smart decisions about money if they don’t need to make smart decisions–if they can get rich making dumb decisions?

Quelles sont les chances que les gens prennent de bonnes décisions concernant l’argent s’ils n’ont pas besoin d’en prendre de bonnes –s’ils peuvent s’enrichir en prenant de mauvaises décisions ?

Pour vous situer un peu, lorsqu’il dit cette phrase, il parle de tous ces financiers qui se sont enrichis durant la crise alors qu’ils ont pris de mauvaises décisions, qu’ils n’ont pas vu les choses venir, ou même pire, qu’ils ont vus et même créés les choses qui ont contribué à la crise. En effet, les patrons des grandes banques d’affaires ont engrangé des millions de dollars pendant la crise et le pire dans tout ça, c’est qu’ils sont toujours au pouvoir dans ces même sociétés. Cela peut également paraître très injuste puisque ces millions d’euros qu’ils ont gagnés viennent en réalité des gens comme vous et moi puisque c’est l’Etat qui a renfloué ces banques afin de les sauver.

abundance-bank-banking-259027Source

Il y a néanmoins deux types de personnes mentionnés dans le livre : les financiers qui ont fait des erreurs et ceux qui ont parié contre l’effondrement du système. Ces personnes ne sont selon moi pas à placer dans le même panier. En effet, ceux qui ont parier contre l’effondrement du système ont vu une opportunité et l’ont saisie. Certains ont même tenté d’alerter les autres mais la plupart ne voulaient rien voir ou ne comprenaient pas ce qu’il se passait réellement. Parce que la réalité dans cette histoire, c’est que les financiers (ceux qui ont fait des erreurs) ont créé des produits qu’ils ne comprennent plus eux même. Ces produits sont tellement complexes qu’ils en perdent le contrôle et cela finit inévitablement par une catastrophe.

Je regarderai le livre prochainement. Je verrai alors si c’est plus utile de le voir avant ou après. Peut-être que c’est à ce moment-là que je vais trouver le fil conducteur qu’il manque un petit peu dans le livre. Pour tous les passionnés de cette thématique, je ne peux que vous recommander ce livre !

Achetez “The Big Short” ici.

romain

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Notify me of followup comments via e-mail. You can also subscribe without commenting.