Tomorrowland 2018 : 5e fois et toujours incroyable

Il y a quelques semaine, je me suis rendu au premier week-end de Tomorrowland 2018 en Belgique. C’est la 5e fois que je me rends à ce festival de musique électronique et cet article a pour objectif de vous raconter mon expérience, toujours aussi incroyable.

tomorrowland 2018

Ce Tomorrowland 2018 commençait déjà spécialement puisque je n’ai pas réussi à obtenir des tickets lors de la vente mondiale. Ce n’est que mi-mai que j’ai reçu un mail de l’organisation pour me dire que j’étais bien placé dans la file d’attente et que j’aurai la possibilité de tenter (ce n’était donc toujours pas sur) d’acheter des places. J’ai donc su que je participais à cette édition à peine deux mois avant le festival.

En ce qui concerne la préparation, rien de bien particulier. On est plus ou moins habitué maintenant.

Nous arrivons donc sur le site du camping (Dreamville) le jeudi 19 juillet. L’atmosphère est déjà super et le temps est avec nous. On place nos tentes rapidement et puis il est l’heure de se promener dans ce gigantesque camping qui contient 30,000 campeurs. Même si ce n’est que le camping, il y a une scène avec des concerts tout l’après-midi. L’ambiance y est différente que sur le site du festival. On dirait que tout le monde est chaud et prêt pour passer le meilleur week-end de l’année !

IMG_3710

On passe donc une bonne après-midi et une bonne soirée. La seule déception vient du fait que la surprise du soir était Afrojack, c’est-à-dire là même que l’an dernier. Nous étions encore plus déçus lorsque nous avons vu les surprises réservées pour le deuxième week-end, bien mieux à nos yeux.

Le lendemain, le festival est officiellement lancé ! C’est parti pour trois jours de folie !

Même si nous nous sommes déjà rendus plusieurs fois à Tomorrowland, il faut savoir que l’organisation arrive toujours à améliorer les choses et nous en mettre plein la vue. Des nouvelles scènes sont installées, de nouvelles décorations et des shows toujours plus impressionnants.

IMG_3748

Personnellement, je trouvais la mainstage moins bien que celle de l’an dernier. Le thème me donnait pourtant envie : The Story of Planaxis, c’est-à-dire tout ce qui tourne autour du monde sous-marin. Comprenez-moi bien, si je la trouvais moins bien, elle reste tout de même très impressionnante !

Durant les après-midi, nous nous baladons généralement à travers l’énorme site (75 ha quand même) afin de découvrir les nouveautés et nous arrêter à des scènes avec des artistes que l’on ne connaît pas. Nous tombons toujours sur de bonnes surprises et il est parfois difficile de partir afin d’aller à une autre scène.

IMG_3765

Vers 18h, les artistes plus connus débarquent sur les nombreuses scènes et on essaye alors d’aller voir quelques shows que l’on sélectionne. Néanmoins, étant donné le nombre de scènes (16 scènes officielles mais il y a d’autres petites scènes qui ne sont même pas référencées sur la carte) et la distance qu’il faut parfois pour aller d’une scène à l’autre, il est normal de ne pas voir tout ce que l’on veut. Il faut garder cela en tête, sinon c’est déception assurée.

Le soir, il est difficile de ne pas se rendre sur la mainstage (même si parfois on ne veut pas spécialement voir ces artistes). Les shows sont exceptionnels et les feux d’artifice explosent de partout !

J’ai quand même quitté la mainstage le vendredi soir pour le dernier show. Steve Aoki s’y produisait et je n’avais pas particulièrement envie de le voir. De plus, il restait encore deux jours pour le show final. Nous nous sommes donc rendus sur une plus petite scène. Contrairement à ce que l’on pensait, il y avait pas mal de monde. Le DJ était Cesqeaux et il ne se produit que rarement en Europe, c’était donc l’occasion de le voir. Les deux autres soirs, nous sommes restés sur la mainstage avec Alesso et Martin Garrix qui clôturaient samedi et dimanche.

IMG_3774

Cette édition 2018 s’est achevée parfaitement même si la fatigue était bien présente. Nous avions peut-être un peu trop fait la fête les trois jours précédents et la chaleur devait y être pour quelque chose aussi (c’est la première fois que nous avons une aussi belle météo à Tomorrowland en 5 éditions).

Si vous n’y êtes jamais allés, je ne peux que vous le conseiller. Même si la musique électronique n’est pas votre truc, le show vaut la peine d’être vu. Comme tout autre festival, c’est également un super moment à passer avec des amis ! Néanmoins, une chose qui change entre Tomorrowland et les autres festivals (en dehors du show et des décors), c’est le fait qu’on ne se sent jamais jugé. On peut faire ce qu’on veut et s’habiller comme on veut, on passera toujours inaperçu. De plus, tout le monde est gentil et chaleureux avec les autres. Vous pouvez perdre vos potes pendant des heures et passer une soirée incroyable (ça m’arrive au moins une fois chaque année). C’est aussi l’occasion de rencontrer des personnes qui viennent de partout dans le monde.

Pour conclure, je voulais vous partager mes sets préférés du week-end : Paul Kalkbrenner, Steve Angello et Martin Garrix.

romain

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Notify me of followup comments via e-mail. You can also subscribe without commenting.