Mon incroyable histoire des OneMany de NewFeel

Cet article un peu spécial intervient dans le cadre d’un concours Decathlon qui me permettront de tester les chaussures OneMany de NewFeel.

Cela fait déjà plus d’un an que j’ai passé ce cap. Je pensais que ça allait être une simple étape dans ma vie qui, je vous l’accorde, n’est pas encore très longue. Pourtant, c’est un véritable bouleversement qui s’est déroulé après le 29 juin 2012.

 Arrivé chez Decathlon de bonne heure pour profiter de l’un des derniers jours des soldes, je n’aurais pas pu vous dire à ce moment là, ce qu’il allait m’arriver. Je n’aurais même pas pu l’imaginer, le concevoir tant ça dépassait les limites des rêves du simple humain que je suis.

 Je me pavanais dans cette allée centrale devenue mythique du Decathlon de Chatelineau. Mythique, autant par ce qu’elle est que par ce qu’on y croise. Ce beau tapis d’un bleu éclatant, où déambule vélos, trotinettes et waveboardst à tout-va ne peut être comparer à autre chose tellement son épaisseur moelleuse fait passer votre habituel pas, lourd et bruyant, pour un pas de félin !

 Vers le milieux de cette allée, un étrange rayon attire mon attention. Y est exposé un nombre incalculable de paires de chaussures, chacune plus colorée que sa paire voisine. Bien qu’assez surpris, ces chaussures ne me sont pas étrangères. De nombreuses personnes en arborent déjà fièrement !

 Avec ce prix affiché, je crois à une super promo de fin de soldes. Mal m’en a pris ! Ces chaussures, à peines soldées, pourraient être payées en pièces de monnaies.

 Ni une ni deux, je m’assieds sur les bancs, non pas pour enfiler ces paires, mais tout d’abord pour faire un choix ! C’est certainement l’étape la plus difficile lors de l’achat de Newfeel !

 A quelques jours du camp, je me dis qu’une de ces paires pourrait être très utile, je décide donc de repartir vers les caisses avec ces chaussures sous le bras. Je n’avais, à ce moment là, pas encore pris conscience des conséquences de mon acte.

 Quelques jours plus tard, je pars donc à mon camp Patro en portant mes Newfeel aux pieds. Ayant l’habitude des camps, comme pour chaque année, j’avais emmené tout un sac de chaussures pour braver les éventuelles intempéries.

 C’était sans compter sur mon nouvel achat, puisque j’ai gardé ces chaussures aux pieds dix jours durant. Que ce soit, du macadam, de la boue, de l’eau ou un gazon aussi bien coupé qu’à Wimbledon, mes Newfeel m’accompagnent partout !

 En rentrant du camp, je vante les performances de celles-ci à ma chère mère qui était assez sceptique face à cet achat. Alors que je pensais les avoir achetées que pour ce camp, je me suis vite rendu compte qu’elles ne me lâcheraient pas très souvent.

 Après un an d’aventures, il était temps pour moi de faire un peu de compagnie à ces chères et tendres. Les Newfeel imperméables me faisaient de l’oeil depuis un bon bout de temps et le camp (2013 cette fois) était pour moi l’occasion de franchir le pas (Newfeel aux pieds bien sûr !).

 Les premières étant toujours vivantes, j’embarque donc les deux paires, conscient cette fois, qu’avec une paire de bottes en plus, cela serait amplement suffisant.

 Alternant simples et imperméables, j’ai pu faire exactement la même chose cette année-ci, mais avec les pieds au sec en prime. A deux, mes Newfeel savaient m’offrir les meilleurs services qu’une paire de chaussure pourrait rendre à son propriétaire.

 Depuis, mes deux paires se portent toujours bien malgré un léger affaiblissement des premières. Je les utilise toujours au quotidien et je sais qu’elles seront toujours là pour moi. C’est pourquoi je me sens un minimum redevable envers elles. Mais comment leur faire comprendre ma gratitude ? Leur offrire une nouvelle beauté en changeant les lacets ? Je ne pense pas que ce soit à la hauteur. Changer les semelle interne pour un meilleur confort ? A quoi bon ? Je m’y sens toujours aussi bien.

 Et pourquoi ne pas agrandir cette famille ? Je pense que c’est la meilleure chose que je peux leur offrir. Mes premières Newfeel partiront certainement plus seraines en voyant ses remplaçantes prendre la relève !

 Je compte donc sur vous pour partager un maximum cet article et sur Decathlon pour me donner la chance de réaliser ce rêve !

romain

6 Comments

  1. Moi aussi j’aime beaucoup ces chaussures, confortables et pas cher (en prime elles s’accordent avec tout…) Le pire c’est que maintenant elles sont entièrement personnalisables alors je vais encore mettre plus de temps à choisir. Je t’ai mis le lien de leur site vas faire un tour et éclate toi y’a moyen de faire des trucs vraiment sympa. http://my.newfeel.com/fr/personnalisez-votre-chaussure ;)a

    • Merci pour le lien :) Par contre, c’est quand même beaucoup plus cher quand on les personnalise. Et je ne savais pas que le modèle cuir existait. Je vais jeter un oeil à ça :)

      • Ouai c’est vrai que c’est plus cher mais au final pour personnaliser ses chaussures je trouve que le prix est très raisonnable. (par rapport à des converses…)

  2. Ce qui avait fini de me séduire complètement avec ces chaussures, c’est leur durée de vie et leur entretien. Ces ballerines sont vraiment increvables: pourtant très sollicitées (plus de 10 km par jour entre ateliers acrobatiques et vielles galeries), elles n’ont jamais montrées de signes de faiblesse: la semelle ne s’est quasiment pas usée, les coutures n’ont pas bougé et tout l’assemblage (je pense aux parties collées) est bien resté en place. La sangle n’a pas bougée n’ont plus et le scratch tient toujours bien en place. Côté entretien maintenant, c’est le bonheur! Quand j’ai une petites tache, j’utilise un peu d’eau avec du savon et je frotte légèrement. Pour les taches plus tenaces, je mets mes chaussures directement dans la machine (à 30°) et elles ressortent impeccables: je les laisse sécher ensuite au soleil quelques heures (attention sèche linge interdit!).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Notify me of followup comments via e-mail. You can also subscribe without commenting.