Noël : une housse MacBook Air et une coque iPhone en cadeau

Bonjour à tous ! En ce dernier jour de l’année, j’ai envie de vous parler de deux cadeaux que j’ai reçu à Noël. Seulement deux, non pas parce que les autres ne sont pas intéressants mais simplement car il n’y a que ces deux-ci qui rentrent dans la ligne éditoriale du blog.

Une coque pour iPhone 4/4S

Premièrement, j’ai reçu une coque pour mon iPhone 4S. C’est plutôt bien tombé étant donné que je n’en avais pas encore (alors que j’ai l’iPhone depuis fin septembre). Evidement il y avait une raison à cela. Je ne suis en effet pas très friand des coque pour iPhone étant donné que je trouve ce téléphone très beau. Et la plupart du temps, les housses gâchent  cette beauté. Certes cela augmente le risque de griffes et de coups mais tant pis, je préférais prendre le risque.

La coque que j’ai reçue est de la marque Music Junky que je ne connaissais pas du tout auparavant. Celle-ci n’est pas toute simple car elle a la particularité d’avoir une image en relief sur l’arrière. Mais pour faciliter sa description, j’ai réalisé une petite vidéo que vous pouvez voir ci-dessous :

Une housse pour MacBook Air

Ici aussi, cette housse tombait assez bien étant donné que je n’en avais pas encore alors que je possède mon Mac depuis début août.

Pour faire dans l’originalité, la housse est une LaRobe BE.EZ ^^ Je sais, tout le monde a une housse de cette marque mais personnellement je comprends son succès, cette housse est simple, pratique et pas trop chère.

La mienne est grise/noir ou même un peu brune avec des lignes. Mais celle-ci n’est pas la simple housse LaRobe puisque elle est conçue en polyuréthane si je ne me trompe pas. Il y a donc de la mousse dans les parois de la pochette qui amortit les choques et les coups que le Mac pourrait recevoir lors de son transport.

Encore une fois, pour une meilleure présentation, je vous propose de regarder la vidéo que j’ai réalisée et qui se trouve ci-dessous :

Désolé pour la qualité de celle-ci, j’ai voulu essayer une app caméra mais visiblement ce n’est pas vraiment le top…

Voilà pour mes deux cadeaux. Je ferai dans quelques jours un article pour parler des cadeaux “high-tech” que je n’ai justement pas reçu.

Test de l’adaptateur Thunderbolt vers Ethernet

Comme annoncé dans cet article, je suis passé à l’environnement Mac pendant ces dernières vacances d’été. Comme dit ici, je suis très content de mon MacBook Air malgré quelques petits soucis (j’en ferai sûrement un article).

Vous ne le savez peut-être pas, mais pour avoir un ordinateur de cette finesse (17 mm au plus épais), Apple a dû enlever certaines choses comme le lecteur optique (personnellement je ne me sers plus de lecteur CD sur ordinateur depuis 5 ans) mais aussi de la prise Ethernet qui est relativement épaisse.

Cette dernière est dans certains cas un manque me concernant. En effet, quand il y du monde sur le wifi et que celui-ci est saturé, c’est parfois efficace de se brancher en filaire. Ou encore quand j’ai un téléchargement plus lourd à faire (comme les mises-à-jour via le Mac AppStore par exemple).

C’est pourquoi, je me suis acheté l’adaptateur Thunderbolt vers Gigabit Ethernet vendu 29 € un peu partout. Certes, cela augmente la facture liée au Mac, mais j’y voyais un certain intérêt.

C’est la première fois que j’utilise cette prise sur le Mac. Il est rare de trouver des appareils compatibles Thunderbolt (il n’y a carrément qu’Apple qui utilise cette technologie).

Pour faire fonctionner le tout, rien de plus simple, il suffit dans plugger l’adaptateur dans l’ordinateur et ensuite de le câble ethernet. Il n’y aucune installation à faire, tout se fait automatiquement. De plus, si vous étiez connecté en wi-fi, votre Mac passera directement en mode filaire.

Performances

Au niveau des performances, il n’y a rien à dire, c’est autre chose que le wi-fi. Surtout, si comme dans mon cas, vous êtes beaucoup à utiliser le même réseau wi-fi. Je n’ai pas pu faire de test par rapport à une vraie prise Ethernet mais de toute façon l’objet du test n’est pas dans des mesures précises mais plutôt se que je ressens après plusieurs jours d’utilisation.

Par contre, j’ai eu l’impression que l’utilisation de cet adaptateur consommait assez bien de batterie. Ce n’est peut-être qu’une coïncidence avec l’utilisation que j’ai quand j’utilise Ethernet via le Thunderbolt mais de toute façon, ce n’est pas vraiment dérangeant. En effet, quand j’utilise le réseau filaire, c’est que je suis à mon bureau ou au moins à mon domicile. Je peux donc recharger mon portable sans problème.

Conclusion

En guise de conclusion je dirais que cet adaptateur est utile pour ceux qui veulent un peu plus de rapidité et quelque chose de plus fiable que le wi-fi mais celui-ci est loin d’être indispensable. Il marque cependant un bon point sur sa facilité d’utilisation.

Comment Evernote m’a fait passer à Chrome

Certains vont peut-être se dire qu’elle était plutôt la raison pour laquelle je n’utilisais pas Google Chrome. Tout simplement parce que depuis que je suis passé à Mac OS, j’utilise Safari aussi bien sur mon Mac que sur l’iPhone pour la synchronisation des signets et des listes de lecture. Et puis, je trouve que ce navigateur ne va pas mal du tout.

Mais depuis quelques jours, j’ai ré-installé (oui, il n’était plus sur ma machine, je vous expliquerai un jour la raison) Google Chrome. La raison pour laquelle j’ai switché, vous l’avez vu dans le titre, c’est Evernote.

En effet, depuis quelques jours, j’ai commencé à utiliser Evernote. Cela faisait longtemps que j’en avais envie, mais je ne savais pas vraiment comment l’utiliser pour que l’application me soit vraiment utile. Et je dois dire que c’est grâce à l’article de Damien Fournier de The1440Minutes que j’ai réussi à m’organiser en m’inspirant de son Evernote. Merci à lui.

Pour vraiment optimiser l’utilisation d’Evernote, j’ai voulu suivre quasiment la totalité de ses conseils en téléchargeant Evernote Web Clipper qui sert à “capturer” n’importe quelle page web afin de la retrouver dans son Evernote. Mais surtout, j’ai voulu tester Evernote Clearly, qui pour moi, révolutionne en quelques sortes la lecture sur internet.

Evernote Clearly est une extension de votre navigateur qui va pouvoir, d’un simple clic, “nettoyer” la page web de l’article que vous voulez lire pour rendre la lecture plus agréable. Ensuite, on a la possibilité d’enregistrer la page sur Evernote pour une lecture ultérieure mais aussi de surligner du texte, … Voici la vidéo de démonstration.

Et c’est pour cette raison qu’intervient Google Chrome. En effet, cette extension n’existant pas sur Safari (dommage quand même), et étant donné que je voulais vraiment essayer cet outil, je me suis résolu à re-passer (oui parce que j’utilisais Chrome avant d’être sur Mac) au navigateur de Google. Cela ne fait que quelques jours, mais si Evernote Clearly s’avère vite indispensable et que l’extension ne sort pas prochainement pour Safari, je crois bien que je vais faire Google Chrome mon navigateur par défaut (sachez que cette extension existe aussi pour Firefox).

Si vous n’avez jamais testé Clearly, n’hésitez pas à essayer, cet outil est vraiment très bien fait et peut même vous faire gagner un temps précieux. De plus, si vous n’êtes pas sur Evernote, je vous invite à lire l’article de The1440Minutes, peut-être qu’il vous aidera à passer le pas.

Coup de gueule contre Mobistar !

Après avoir attendu un certain temps et voyant que rien ne se résolvait, j’ai décidé aujourd’hui d’écrire cet article contre l’opérateur téléphonique belge : Mobistar.

D’abord, recontextualisons l’histoire. Fin septembre, j’ai acheté mon tout premier smartphone (mieux vaut tard que jamais comme on dit), un iPhone 4S en l’occurrence. Une fois l’iPhone acheté, j’ai fais un peu le tour des offres mobile avec data qui s’offraient à moi avec un budget maximum de 15 euros par mois.

Alors que je m’étais décidé à prendre l’abonnement Base Check 15 qui inclut 75 minutes d’appel, SMS illimités, et 1 Go de data, je suis tombé sur l’offre limitée de Mobistar : Internet On Mobile, avec laquelle je reçois 1000 SMS, 2 Go de data, et le montant de la recharge sert de forfait pour les appels (soit 125 minutes pour 15 euros).

J’ai donc décidé d’opter pour cette formule plutôt que celle de Base parce qu’elle est plus intéressante mais aussi parce que beaucoup me disaient que le réseau Base laisse à désirer.

Une fois la carte commandé, tout se passe rapidement et sans encombre. Jusqu’à ce que je remarque que l’Internet mobile ne fonctionne pas, autant en 3G qu’en Edge.

Afin de régler le problème, je contact le service par téléphone. Ils me tiennent pendant 20 minutes pour tester tous les réglages possibles et au final, rien n’a changé.

Au téléphone, ils me conseillent de me rendre dans un Mobistar Center pour changer de carte SIM. Je m’y rends le lendemain et le vendeur se rend compte que l’option (sur leur serveur) iPhone internet (ou un truc du genre) n’est pas activée. Il l’active donc mais les modifications n’apparaissent que 24 heures plus tard.

Un deux trois, quatre jours plus tard, toujours rien. Je retourne au centre Mobistar et là, surprise …. ça fonctionne sans avoir rien fait de particulier !

Cela me semblait tout de même bizarre et j’avais raison parce que à peine rentré chez moi, la fonction data ne fonctionnait plus. Depuis ce jour, l’internent mobile fonctionne de temps en temps mais très rarement.

Je retiens deux choses de ma petite histoire pas très agréable. La première concerne le service après vente. Mobistar est un des trois grands opérateurs du pays et son SAV est vraiment à chier (j’aime bien l’expression). J’avais déjà entendu ça il y a quelques années et je remarque qu’ils n’ont toujours rien fait pour l’améliorer. Cela prouve pour moi que l’entreprise n’attache pas beaucoup d’importance aux clients. Ceux-ci sont juste une rentrée d’argent pour eux, et tant pis s’ils ont des problèmes. La deuxième chose est qu’il ne faut pas tout le temps croire les idée reçues. On fait tout un plat à propos du réseau Base alors que celui-ci s’est énormément amélioré ces dernières années. Chaque réseau à des endroits où ils sont plus faibles, c’est à voir en fonction de votre région. N’écoutez donc pas tout ce qui se dit sur les forum, c’est souvent fondé sur une toute partie du territoire. A noter aussi que le réseau Mobistar n’est pas aussi performant qu’on le pense (les rares fois où j’avais internet, j’étais plus souvent en Edge qu’en 3G).

Pour régler ce problème, ma solution est tout simplement de changer d’opérateur. Je n’ai tout simplement pas envie de rester chez quelqu’un que je n’ai pas apprécié. Je comptais passer chez Mobile Viking (MVNO de Base) qui est similaire à Internet On Mobile de Mobistar car c’est une carte prépayée qui met l’accent sur le data avec 2 Go compris. Mais pour finir, c’est l’offre Smart 20 de Proximus qui l’emportera grâce à la promo de fin d’année (5 euros de réduction par mois pendant 20 mois, plus de minutes d’appel, SMS illimités au lieu d’un certain nombre et 1 Go de data au lieu de 500 Mo). De plus, le réseau Proximus est de loin le plus performant (étant financer par l’état, celui-ci est très bien développé). Et, même si j’en ai pas l’utilité car je n’ai qu’un iPhone 4S, Proximus propose le 4G dans certaines ville !

iMac 2012 : mes impressions

Aujourd’hui, plus tôt dans la journée j’ai pu voir en vrai et chipoter au tout nouvel iMac présenté le 23 octobre dernier et disponible il y a à peine une semaine.

C’est dans un MacLine que j’ai vu la nouvelle bête de bureau.Tout d’abord, il faut savoir que je m’étais déjà fait une bonne impression lors de sa présentation, alors que je ne l’avais qu’en image.

Même s’il est fort bombé, et qu’au final, la cure d’amincissement ne soit pas vraiment énorme, avoir des bords aussi fins donne une merveilleuse impression. On dirait vraiment que l’ordinateur tout-en-un est beaucoup plus fin que son prédécesseur (qui était justement à côté, en 27 pouces). Je dirais même que face à l’écran on voit la différence. En effet, on est jamais devant à 100 % et chaque léger mouvement ne fait pas apparaître un épais bord comme c’était le cas sur l’ancien modèle.

Personnellement, je trouve que s’être débarrassé de l’encombrent lecteur optique est une bonne chose. Cela fait des années (5 ans plus exactement) que mes PCs ne possèdent plus de lecteur CD et je dois dire que cela ne m’a jamais handicapé.

Un mauvais point par contre vient du fait que le modèle 21,5 pouces est très difficilement modifiable (rajouter de la RAM par exemple). Mais au final, c’est la stratégie d’Apple et, à part le Mac Mini, aucun appareil Apple est facilement modifiable. C’est peut-être dommage mais vu comme un ordinateur Apple tient dans le temps, ça me dérange pas de trop. Notez qu’avec le 27 pouces, vous aurez la possibilité de changer la RAM par vos soins (et donc avec un coût moins élevé) par une trappe.

En parlant du Mac Mini, j’étais tombé sur article (que je n’arrive plus à trouver) sur MacG.co. Cet article récapitulait un débat sur leur forum à propos du Mac Mini et de l’iMac. Ce qui en ressortait est que de plus en plus de personnes se tournent vers le Mac Mini plutôt que l’iMac principalement pour le manque d’évolutivité. C’est certain, le Mac Mini vous facilitera grandement la tâche. Ce que je veux dire ce sur sujet est que pour moi, les deux desktops ne présentent pas tout à fait la même utilisation. Un iMac, en plus d’être un ordinateur, est une sorte d’oeuvre d’art qui embellira forcément le bureau sur lequel il est posé. On sait que les clients Apple prêtent peut-être autant d’attention au capacité d’un produit qu’au design. Il faut donc faire un choix. Personnellement, mon choix se tourne vers l’iMac. Je ne suis pas un technicien qui optimise les performances de son PC mais plutôt un client qui met beaucoup d’importance sur la qualité et la beauté de l’objet.

En conclusion, vous l’aurez compris, le nouvel iMac est pour moi une réussite (même si je n’ai pas tester les performances graphiques etc) qui s’inscrit dans la lignée d’Apple. Ce qui peut être rassurant suite aux nombreux changements au sein de l’équipe d’Apple ces derniers mois.